Preuves de l'antériorité du système hormonal sur le système nerveux

Le système nerveux et le cerveau sont tributaires, déterminés dans leurs possibilités, par le système glandulaire (ensemble des glandes dont la sécrétion se déverse dans le sang) car le système glandulaire prévaut sur le système nerveux du fait même de son antériorité fonctionnelle.

Les preuves sont nombreuses

1. L'être humain naît de l'union entre deux cellules qui proviennent de glandes, le spermatozoïde et l'ovule ; ces deux cellules sont dépourvues de système nerveux : l'embryon est donc primitivement une glande totalement dépourvue de système nerveux.

2. Dès que le foetus se développe, le système endocrinien apparaît (Docteurs Sainton, Simonnet et Brouha)

  • Le corps thyroïde est apparent au 12ème jour avec substance colloïdale à la 11ème semaine et de l'iode vers le 3ème mois ;
  • Les parathyroïdes ont des cellules granuleuses dès la 12ème semaine ;
  • Le thymus est de 5mm chez l'embryon ;
  • Les surrénales contiennent de l'adrénaline dès la 16ème semaine ;
  • L'hypophyse a des apparences glandulaires dès la 11ème semaine ;
  • L'ébauche du pancréas apparaît vers le 4ème mois (d'ailleurs, il y a disparition du diabète chez la femme enceinte dans la 2ème partie de sa grossesse : le pancréas du bébé prend le relai sur celui défectueux de la maman)
  • Dès le 4ème mois de grossesse, les glandes endocrines assurent tous les fonctionnements du foetus.

3. On sait qu'à la naissance, seul l'extérieur des cordons de Goll et de Burdach est myélinisé. Les scientifiques ont démontré que les parties nerveuses de la moelle, du bulbe, du cervelet, des centres automatiques et l'encéphale ne sont pas myélinisés, donc inaptes à lancer des excitations nerveuses.


4. Les centres nerveux automatiques (dont notre cerveau) seront myélinisés à 9 mois seulement de la vie aérienne.

Par leurs hormones, les glandes endocrines exercent un contrôle, une action, une fonction sur les différents organes, et particulièrement sur le cerveau et le système nerveux. Il n'existe aucun phénomène chez l'être humain, même la pensée dont l'origine ne provienne de processus fonctionnels physiologiques principalement glandulaires.

1. La suppression de l'hypophysine (hormone hypophysaire) entraîne la cessation de toute division et multiplication cellulaire tandis que la section des nerfs aboutissant à un organe n'arrête pas son développement.

2. Il a été démontré que la section de tous les nerfs aboutissant au système reproducteur de la femelle ou du mâle ne compromet pas leur possibilité reproductrice, l'absence d'hormones, oui ;

3. L'expérience de Claude Bernard sur les lapins nous renseigne sur la nécessité des glandes et sur la subordination du système nerveux à ces dernières : il sectionna tous les nerfs d'une des deux oreilles d'un jeune lapin et les deux oreilles du lapin grandirent toutes les deux également.

4. Avec l'adrénaline (hormone surrénale), la thyroïde dirige toutes les réactions neuro-musculaires.

5. L'évolution statutaire est dépendante de l'activité de l'hypophyse et de la thyroïde.

6. Le coeur foetal se met à battre sans posséder de nerfs.

7. C'est la thyroïde fœtale et maternelle qui donne à ce cœur vers le 4ème mois de grossesse une vitesse de quelques 140 pulsations minute.

8. La thyroïde préside à la mise en place fonctionnelle du système nerveux dès le début de la vie foetale.

ETC.

Le système glandulaire est le système qui, d'abord, nous adapte tandis que le système nerveux et le cerveau est celui qui, ensuite, nous automatise.

Les travaux du docteur Jean Gautier et diverses expériences peu connues du grand public démontrent que le système nerveux dépend en réalité du système endocrinien et non l'inverse comme c'est enseigné dans toutes les universités.

1. Les expériences de Cannon sur les chats montrent à qui veut bien le voir que les réactions émotionnelles ne dépendent pas du système nerveux : lorsqu'on enlève les filets nerveux qui relient le cerveau aux surrénales (glandes situées au dessus des reins) chez un chat mis en présence d'un chien qui aboie furieusement, les réactions de peur du chat restent inchangées ! En fait, la réaction du chat persiste car c'est la thyroïde émotionnelle qui, par voie sanguine, excite les surrénales.

2. L'expérience des chiens décérébrés de Zéliony (et plus tard celles de Mettler et Culler) montre que l'ablation du cortex cérébral n'empêche pas toute sensibilité, émotion, adaptation, réflexes,... Notre organe de commande, d'intelligence, n'est donc pas le cerveau !!!

3. L'homme plante de Roesch qui n'a pas de thyroïde et qui a un système nerveux normal ne peut réaliser aucune activité. Sans greffe de thyroïde ou administration d'hormones thyroïdiennes de substitution, il meurt... pourtant son cerveau est intact !!!

4. Les opérés totaux de la thyroïde ne peuvent vivre qu'à condition de recevoir chaque jour des hormones thyroïdiennes.

La thyroïde est l'organe de la mémorisation ; le cerveau est l'organe de la mémoire. Sans mémorisation, pas de mémoire !

Le cerveau est le "disque dur" tandis que la thyroïde est "l'unité centrale".