Se battre contre un cancer du système nerveux à 3 ans

Publié le 25/06/2016 | Nb Visites : 1882

Romain Mercier est probablement l'un des garçons les plus courageux qui existe. Depuis un an, il lutte contre un cancer du système nerveux (neuroblastome). Aujourd'hui, le petit bonhomme de trois ans est en rémission, au plus grand bonheur de ses parents.

L'instinct maternel est peut-être une notion farfelue pour certains, mais c'est cette intuition qui a peut-être sauvé la vie de Romain. Il y a un an, le bambin souffrait d'une fièvre qui ne voulait pas lâcher prise. Après quelques rencontres chez le médecin, on dit qu'il a une pneumonie, qu'il a des symptômes grippaux, que ça va passer. Malheureusement, la fièvre a persisté. «Je savais très bien qu'il se passait quelque chose d'anormal, se souvient Valérie Descôteaux. À notre cinquième rendez-vous, j'ai demandé à ce qu'on fasse une prise de sang. Les résultats sont rentrés et on nous a transférés d'urgence au CHUS.»

Romain passe une échographie et on découvre une masse de 12 cm par 14 cm dans son ventre, qui s'avère être un neuroblastome de la glande surrénale, ou encore un cancer du système nerveux. «C'est le mot que personne ne veut entendre. On pense tout de suite à la mort, surtout qu'à cette période, Romain n'allait vraiment pas bien. Je l'avoue, il y a eu quelques nuits au départ où tu ne dors pas, que tu ne fais que pleurer. Cependant, quelques jours après avoir appris le diagnostic, j'ai fait un super beau rêve à propos de Romain. C'est à ce moment-là que j'ai su que nous allions nous en sortir.»

Le chemin vers la rémission a toutefois été long et difficile. Pour débuter, Romain a dû se prêter à cinq cycles de chimiothérapie intensive à l'hôpital Sainte-Justine, à Montréal. Ensuite, des spécialistes l'ont opéré afin de lui enlever la masse cancéreuse, située au-dessus de l'un de ses reins. L'opération a été suivie d'une greffe de moelle osseuse, qui a barricadé les parents de Romain à l'intérieur d'une chambre spéciale au Centre de cancérologie Charles-Bruneau.

Après un autre mois de radiothérapie, cette fois-ci à l'Hôpital Notre-Dame, le petit garçon a débuté ses traitements d'immunothérapie. «C'est encore plus agressif que de la chimio, précise la maman. C'est pour stimuler son système immunitaire afin d'éviter une rechute. Il y a une chance sur deux que le cancer refasse son apparition, alors il faut mettre toutes les chances de notre côté. C'est sûr qu'on y pense chaque jour. C'est comme une épée de Damoclès qui est toujours en suspens au-dessus de nos têtes.»

Ces nombreuses semaines à l'hôpital représentent d'énormes sacrifices pour les parents. Ceux-ci ont dû demander un arrêt de travail. «Il fallait souvent être deux avec lui, surtout lorsque nous étions sur la route, mentionne Mme Descôteaux. On se devait d'être avec lui, d'être présents dans son combat. Une chance que nous avions de bons amis pour nous aider avec nos deux autres enfants.»

Romain est maintenant en rémission, c'est-à-dire qu'il n'a plus de trace de la maladie dans son corps. Il terminera ses traitements à la fin du mois d'avril. Pour souligner cette victoire, le petit garçon sera porte-parole du Défi Têtes rasées de Leucan en Estrie.

Un quillethon sera d'ailleurs organisé pour aider la famille Mercier le 28 mai prochain au Salon de quilles Memphré. Pour de plus amples informations sur cette activité, on peut contacter Richard Lacroix au +18198431484.

source: le reflet du lac